Accueil > Santé > Jeûner rend intelligent…

Jeûner rend intelligent…

dimanche 14 février 2016, par Docteur BEURY

Bien sûr, le titre de cet article est un raccourci un peu rapide, mais il n’est pas faux…

Un ami me disait cet après-midi : « Si je comprends bien tes articles, le jeûne a toutes les vertus. C’est ton truc, en ce moment… » Effectivement, le jeûne a beaucoup de qualités que je m’efforce de démontrer, semaine après semaine, pour aider mes patients qui se lancent dans l’aventure… Ce n’est pourtant pas une lubie… Je le pratique et le fais pratiquer à des patients depuis de nombreuses années… Le jeûne a des inconvénients, mais il a de nombreux avantages… comme les difficultés sont largement diffusées, je m’en tiens tout d’abord à ses avantages…

Donc, le jeûne rendrait intelligent… mais pourquoi, donc ?

Parce que si le fait d’être en carence énergétique fatiguait et rendait amorphe, s’il diminuait l’intelligence et la vivacité d’esprit, s’il diminuait la mémoire, cela ferait longtemps que la vie aurait disparu de cette terre...

Manger fait dormir, sommeiller… Après un bon repas rien ne vaut une bonne sieste… Après avoir rempli ses réserves alimentaires, le repos permet de bien ranger tout cela et de métaboliser les nutriments pour les stocker… Tout le monde le sait !

Les animaux sont plus actifs quand ils n’ont rien à manger...

Pour les animaux, c’est pareil… Les lions et les rats dorment après avoir mangé… Le jeûne, la faim par contre, excite les animaux… Les rend dynamiques… Pourquoi ? Parce que le contraire serait une catastrophe et que l’évolution a sélectionné ces caractères. En effet, si un animal tombait en léthargie quand il n’a rien à manger, s’il se terrait pour économiser les calories qu’il lui reste, cela ne durerait pas longtemps… Et, les réserves épuisées, l’animal mourrait….

Au contraire, quand il a faim, l’animal s’agite, cherche des proies, devient plus efficace musculairement…

Des tests sur les rats de laboratoire l’ont prouvé… Vous savez ces petites bêtes qui passent leur temps, pour les plus chanceuses, à parcourir des labyrinthes pour trouver le chemin le plus court… Eh bien, les tests prouvent que les rats qui n’ont rien mangé, trouvent plus rapidement le chemin vers la nourriture et mémorisent plus efficacement le chemin. Ils stimulent les voies dopaminergiques en fait, mais nous reviendrons sur ce thème une autre fois). Les rats qui ont faim cherchent plus dynamiquement la nourriture, ils se lancent plus vite dans la recherche et avec plus de « conviction » ; ils développent l’intention… Ils font travailler les ganglions de la base du cerveau, les structures impliquées dans l’initiative motrice (Les noyaux accumbens de la base). Mais ils sont aussi plus attentifs… Cette recherche en période de jeûne s’inscrit mieux dans leur mémoire, ils développent une « attention sélective » celle qui s’exerce dans le lobe frontal et qui s’inscrit dans les circuits de la mémoire hippocampique… Et comme, last but not least, le jeûne active aussi leur système de récompense faisceau médian du télencéphale, ils font cela avec plus de plaisir, donc plus efficacement… Comme vous d’ailleurs… Vous n’allez pas à Intermarché après un bon repas mais le ventre vide, vous n’allez pas au marché le dimanche après-midi mais le dimanche matin, car ce ventre vide vous rend plus efficaces dans votre recherche d’aliments !

Pour tous les animaux, c’est pareil… et l’homme est un gros animal ! C’est pour cela que les messieurs se réveillent la nuit et sont capables de trouver toute nourriture cachée au fin fond des frigos ou des caves pour se remplir à deux heures du matin… C’est pour cela que vous connaissez parfaitement l’adresse de votre épicier ou d’un resto à votre convenance… C’est pour cela que vous achetez des guides pour trouver les meilleures adresses… La faim, le jeûne développent tout un tas de capacités cérébrales insoupçonnées.

Cela est connu des béhavioristes [1] depuis longtemps, mais ceci a été prouvé par de nombreuses études.

En 2015, Ageing Res Rev. publie Lifelong brain health is a lifelong challenge : from evolutionary principles to empirical evidence dont je traduis, maladroitement, le résumé : « Le cerveau humain, exceptionnel en taille et en capacité de traitement de l’information, est semblable à celui d’autres mammifères en ce qui concerne les facteurs qui favorisent sa performance optimale. Ces trois facteurs sont les défis de l’exercice physique, la privation de nourriture - le jeûne et l’engagement social - intellectuel. L’évolution a favorisé ceux qui réussissaient dans la recherche et l’acquisition de la nourriture, les fonctions cérébrales fonctionnent mieux quand l’individu a faim et qu’il exerce une activité physique ; comme le montre le lion affamé traquant et chassant sa proie. Des études sur des modèles animaux et des sujets humains démontrent les effets bénéfiques de l’exercice physique régulier et de la restriction intermittente d’énergie ( jeûne) sur les fonctions cognitives et l’humeur, en particulier lors du vieillissement et des troubles neurodégénératifs associés. Malheureusement, la révolution agricole et l’invention de technologies d’épargne de l’effort ont abouti à une réduction spectaculaire ou à l’élimination de l’exercice physique vigoureux et du jeûne, ne laissant que les défis intellectuels pour renforcer le fonctionnement du cerveau. En plus de supprimer des réponses adaptatives bénéfiques pour le cerveau, les modes de vie sédentaire favorisent l’obésité, le diabète et les maladies cardio-vasculaires ; l’ensemble de ce qui peut augmenter le risque de troubles cognitifs et de la maladie d’Alzheimer. Il est donc important de s’intéresser aux conditions nécessaires pour favoriser l’exercice, le jeûne intermittent et la pensée critique afin d’obtenir une santé optimale du cerveau tout au long de la vie, et de reconnaître les conséquences désastreuses pour notre population vieillissante de ne pas mettre en œuvre de tels modes de vie de bonne santé mentale.  »

On le voit, on pourrait conseiller le jeûne aux étudiants qui préparent des examens... ou à ceux qui doivent préparer un exposé important... A tous ceux, en fait, qui ont besoin d’optimiser leur fonctionnement cérébral !

C’est clair… Le jeûne vous rendra plus attentif, il favorisera votre mémoire, il développera votre « activation mentale »… En fait, oui, on peut le dire, jeûner vous rendra plus intelligent… De quoi vous donner de l’énergie pour envisager notre quatrième jours de jeûne demain, n’est-ce pas ?

P.-S.

La prochaine fois, je vous expliquerai pourquoi faire du sport rend intelligent… Si, si !

Notes

[1Le béhaviorisme ou comportementalisme est une approche psychologique qui consiste à se concentrer sur le comportement observable déterminé par l’environnement et l’histoire des interactions de l’individu avec son milieu…

Partager cet article

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.